Série : Chemin de croix

Je prépare depuis un certain temps déjà ma série intitulée :

Chemin de Croix.

Mes personnages s’étoffent, mes idées se précisent, mon histoire devient une road movie où à chaque pas, tout peut arriver.

C’est dans ce contexte que j’ai décidé de publier avant la saison 1, qui est toujours en cours d’écriture, le journal intime de chacune de mes héroïnes, au nombre de: 3

Jessica, Lila et Kim.

Elles vont dans un lycée catholique mixte.

J’ai hâte que vous découvriez leurs propres chemins avant qu’elles ne soient propulsées dans l’inconnu.

Leurs vies sont faites déjà d’aventures.

La-rage-au-ventre-Affiche-BD

Un personnage qui nous tient…

Ce n’est pas un hasard si le cinéma est l’une de mes sources d’inspiration les plus fortes. Il m’aide à camper mes personnages, développer mes intrigues, me projeter dans divers univers.

Ma passion de l’écriture vient certainement du fait que je peux développer mes propres univers mais aussi montrer des personnages attachants vivant des choses fortes et cela à différents niveaux.
C’est dans cette optique que je suis allée voir ce film « LA RAGE AU VENTRE ».

C’est une bonne surprise, même si je devais m’en douter. L’acteur Jake Gyllenhaal est fabuleux. Il a déjà un nombre de films à son actif mais reste l’un des acteurs sachant rester « authentique ».

Je n’ai fait que fait que pleurer pendant tout le film preuve qu’il a su transmettre ses émotions au public. Il partage l’affiche avec Forest Whitaker qui n’est pas un inconnu non plus. Le duo apprenti- mentor fonctionne bien. Le reste de la distribution est à la hauteur de ses acteurs principaux. Ce qui donne un bon ensemble général.

Le thème n’est pas nouveau. La décente aux enfers d’un jeune venant de l’assistance réussit à être au sommet et qui à la suite d’un évènement se retrouve au plus bas est montrée de manière efficace. La survie de ce jeune et par la suite sa reconstruction s’effectue par  paliers. Ils jalonnent un chemin tortueux vers le sommet.

La violence fait partie du film. Dans un film de boxe il fallait s’attendre à ça. A côté c’est vrai que Rocky (tous les films) ne me semblent pas aussi violent. Elle ne déferle pas que dans les combats qui jalonnent le film elle vient aussi du personnage de Billy Hope cet homme qui a déjà du surmonter tellement et qui s’en est remis à son entourage, sa femme en premier lieu mais aussi à son manager et son coach. Pris dans un engrenage où l’argent coule à flot mais ne correspond à rien la chute inévitable est terrible.

C’est avec courage que ce personnage affronte finalement ses démons pour sa fille qu’il chérit plus que tout.

L’enfant en perdant ses parents ne sait plus où elle en est. Elle aussi devra faire son deuil et faire confiance au seul parent qui lui reste.

Un film que je recommande….

 

vampires : les 7 Clans et la Main de Dieu

Écrire en ayant une contrainte de temps

En première année de l’académie d’écriture de Bordeaux nous avons eu au programme : Écrire 6 nouvelles sur un même thème pour en composer un recueil – du projet à la publication – en 6 mois.

Cet exercice nous a beaucoup apporté. C’est vrai que ça a été difficile d’avoir un calendrier et de savoir que la publication serait faite au obligatoirement au mois de JUIN. Nous avons du avancer coute que coute. Maintenant j’en ris mais pas tellement à l’époque.

Aujourd’hui quand je relis mes textes avec le recul et les mois de formation en plus, leurs défauts me sautent au visage. Toutefois je suis satisfaite du travail accompli et d’avoir réussi la difficile mission, d’avoir tenu les délais, d’avoir produit des textes d’une longueur, elle aussi imposée.

Tous ceux qui écrivent le savent, venir à bout d’une histoire n’est pas toujours chose aisée. J’ai pris beaucoup de plaisir à écrire les 2 nouvelles concernant Charline et je pense que cela ce ressent dans mes textes, contrairement aux autres pour qui j’ai eu du mal à trouver le ton et la profondeur des personnages.

Une fois publié comme si cela n’avait pas été assez difficile nous avons eu pour mission de trouver des lecteurs.

C’est dans cette optique que j’ai contacté ces site de lecteur ou vous pouvez lire leur chronique me concernant

ou vous faire une idée par vous même en lisant mon recueil de nouvelles.

Bonne écrire ou bonne lecture …

 

vous l'avez vu ?

SAN ANDREAS – LA FAILLE

Depuis plusieurs mois des films à grand spectacle sont à l’affiche. Quand on y regarde de plus près on s’aperçoit qu’une fois de plus on reprend les vieilles recettes (films) et on en fait un volet supplémentaire quitte à changer l’acteur principal (plus maintenant…). Est-ce que ça fonctionne ?
Je ne sais pas si c’est vraiment la recette du succès mais je dois que ça marche « sur moi » puisque je suis allée voir MAD MAX et JURASSIC WORLD (voir mes articles précédents).

Le tremblement de terre n’aura pas lieu. Si pour celui-ci j’ai été attirée par l’acteur principal : DWAYNE JOHNSON que j’avais vu dans plusieurs autres films comme le roi scorpion et voyage au centre de la terre, des films divertissant toute la famille, ce n’était pas le cas des autres ou j’avais déjà vu tous les films précédents et souvent même, plusieurs fois .

Si les bandes annonces étaient prometteuses, le film en lui-même n’est qu’une malheureuse suite d’effets spéciaux, les plus énormes possibles. Il n’y a pas vraiment d’histoire, on suit des personnages stéréotypés à qui on ne s’identifie pas éviter de se faire tuer de plusieurs façons différentes.
C’est vraiment difficile de vivre une pareille aventure quand tout ce que l’on voit est gros : comme remonter en petit bateau à moteur un tsunami, réanimer une personne qui est restée sous l’eau de très longues minutes ou échapper à l’effondrement d’un building quand on est au dernier étage.

Ce film ressemble fort à une promotion de l’Oncle Sam, à la fin on y voit même le drapeau flotter et les torses se bomber comme si on nous avait mené par l’épaule durant une heure trente jusqu’à l’image finale « la reconstruction » qui n’est pas une surprise.

Je recommande ce film : ni pour l’histoire, ni pour les personnages qui ne sont pas attachant ils n’ont pas de consistance tout est entendu, mais pour les effets spéciaux. Si vous voulez voir des buildings s’effondrer, des rues s’ouvrir, une ville dévaster par un tsunami, des avions, des bateaux, des hélicoptères … en 3D, alors allez-y c’est fait pour vous.

Je trouve dommage qu’avec de tels moyens déployés nous n’ayons pas eu de meilleur scénario. Pourtant ils ne sont pas en peine de trouver de bon scénaristes.

Maintenant c’est à vous ….

puzzle

CARNET DE ROUTE : EPISODE 1

Voilà c’est fini. Après deux ans de travail acharné la fin de l’aventure est arrivée. J’ai apprécié chaque moment de cette formation même si c’était dur, souvent je dois dire. Je suis rentrée souvent épuisée le dimanche soir, et déboussolée, avec toujours la même question à l’esprit : comment faire ce qu’on me demande ? Vais-je arriver à tenir la cadence et rendre mon travail à temps.

Le lundi matin assise à bureau mon bureau, l’esprit vide, mes collègues ne pouvaient trop compter sur moi, j’avais l’impression d’avoir laissée une partie de mon cerveau à l’académie.

Au cours de ces deux années, tout le temps dont j’ai disposé a été tourné vers l’unique objectif de rendre mes devoirs dans les temps.

Nous avons vu tellement de chose, découvert sur nous des choses importantes, mais aussi, fait connaissance avec des personnages hors du commun : les nôtres. Nos histoires ont gagné en profondeur, en intensité, en rebondissements.

Si j’ai une leçon à retenir je dirai de travailler tous les jours. Et pour le reste se faire confiance, aller au bout des choses, laisser ses rêves prendre forme.

Il ne faut pas oublier que l’écriture doit être un plaisir.

Je savais déjà que pour écrire il fallait apprendre c’est bien pour cette raison que j’ai suivi cette formation. Elle m’a permis de comprendre le mécanisme des mes histoires, de mes personnages, de mieux me connaitre et de faire de belles rencontres.

Tous ces projets explorés me permettent de travailler sur plusieurs à la fois et de savoir en abandonné un pour en exploiter un autre avant de revenir au premier plus mure, plus forte. Il me permet de pouvoir restituer maintenant des sentiments réels, parler de causes qui me tiennent à cœur, faire vivre des aventures à mes lecteurs.

Cette fin n’est qu’un début à moi maintenant de poursuivre le chemin qui m’a été tracé. Ce retrouver seule face à ses projets est une nouvelle expérience. C’est pour cette raison que j’ai ouvert ce carnet de route.

Nous allons marcher ensemble côte à côte sur ce chemin semé d’embuches et voir ce qui se passe….

vous l'avez vu ?

JURASSIC WORLD

En ce moment beaucoup de film avec des effets spéciaux et des franchises anciennes reviennent sur le devant de la scène comme si le cinéma américain manquait d’idées nouvelles. On reprend les anciens cartons pour en faire de nouveaux mais la recette est-elle bonne ?

Je n’avais pas d’idée préconçue en allant voir ce nouvel épisode. Dès le début on en a plein la vue. Le parc est magnifique on s’y croirait vraiment. On s’imagine s’y rendre comme on se rendrait à Disney World ou dans un autre parc. On nous présente des personnages qui sont pour le moins « cliché » dans toute leur splendeur. Mais bon ça laissons de côté et profitons du décor et des enfants qui eux sont dans le ton. Des ados avec leur part de risque tout.

On ne retrouve aucun acteur des précédents alors est-ce que la mayonnaise va prendre. Je dois dire que j’avais un faible pour Sam Neill que je trouvais drôle et séduisant en archéologue incapable d’utiliser la technologie. Je n’ai pas trouvé d’équivalent dans celui-ci ni pour le rôle de Jeff Goldblum. Il n’y a pas vraiment de pause toute l’aventure se déroule pied au plancher. J’ai trouvé Omar Sy très bon et il n’avait pas un petit rôle. En chercheur diabolique on retrouve le médecin de la série « Unité spéciale »

Pour le reste du classique, un scénario catastrophe (efficace) identique aux autres avec des humains se prenant pour Dieu et créant des créatures qu’ils ne peuvent contrôler. Il ne faut que l’intervention des militaires prêts à tout pour faire des tests pour que le chaos face place au cauchemar.

Qui a dit qu’on pouvait contrôler des animaux sauvages ?

C’est nous qui avons oublié que nous faisions parti du monde animal et que nous pouvions nous retrouver en un rien de temps dans la chaine alimentaire.

vous l'avez vu ?

Mad Max FURY ROAD

J’étais impatiente de découvrir avec les moyens d’aujourd’hui (3D) une nouvelle histoire après toutes ces années. J’avais de la nostalgie dans les yeux et dans le cœur.

Qui pourrait remplacer Mel Gibson me suis-je demandé à la minute où j’ai su qu’un nouvel opus allait arriver sur nos écrans. Sera-t-il à la hauteur de l’enjeu. Je suis allée le voir pour répondre à cette question.

Dès le départ nous sommes dans l’ambiance, tout est conforme à l’univers croqué dans les films précédents, Max tente de survivre dans un monde parti en vrille.

Et comme à l’accoutumé, il cherche à éviter les autres hommes mais n’y parvient pas une fois de plus. Il est malgré lui entrainé dans une aventure.

Le rôle de Max est bien interprété par Tom HARDY qui succède à Mel Gibson. Je ne le connaissais pas vraiment. Sans être aussi marquant que Mel Gibson il n’est pas différent au premier abord de ce qu’aurait pu faire l’original sauf que ce n’est pas lui le héro de cette nouvelle histoire on ne voit qu’une personne au milieu de ce monde : CHARLIZE THERON.

Elle crève l’écran. C’est elle qu’on ne quitte pas des yeux pendant toute la durée de l’aventure même si Max par moment revient au devant de la scène. On vibre pour elle, avec elle on mesure les enjeux auxquels elle doit faire face, on a peur pour elle.

Cela laisse au final un drôle de gout même si nous avons apprécié. L’histoire est classique mais suffisamment originale pour nous emporter et les effets spéciaux sont magnifiques surtout dans la tempête de sable et dans l’entre du méchant. Le film aborde des questions du moment comme le fanatisme mais ne trouvent pas forcement de réponse.

En sortant je me suis demandée : ai-je aimé ? La réponse est oui, j’ai passé un super moment, mais quel dommage que Mel Gibson ne soit pas revenu pour régler son compte à tous ces fous.

L’épouvanteur

Ce nom est très évocateur. Je l’ai découvert dans un film le 7e fils et cela m’a rappelé le livre de Joseph Delaney. Et pour cause puisque c’est la même histoire. Cet univers de sorcières, de gobelins, de spectres et de légendes correspond tout à fait à la fantasy. Un genre qui a pris de l’ampleur ces dernières années. Nous connaissons tous des légendes, des sorcières, des fées et autres personnages c’est pour cela que ces livres ou films nous parlent. A travers tous ces récits, on découvre : le voyage.

Le voyage s’éffectue de différente manière. Il peut être à l’intérieur de nous, comme à l’extérieur. Dans la fantasy les personnes font les deux. Ils doivent faire un apprentissage pour surmonter des épreuves. Cela ne vous rappelle pas quelque chose ?

Je dirai : STAR WARS

La quête n’est pas exclusive à la fantasy. Beaucoup de romans et de films de Science fiction en parlent aussi.

Vous pouvez découvrir cette série qui se décline en plusieurs tomes.

nouvelle

Vampires

Mon recueil de nouvelles Vampires enfin terminé j’ai eu l’impression d’avoir encore beaucoup de chose à raconter. L’univers qui m’a permis de mettre en scène des personnages qui sont devenus proches, est vaste. J’avais déjà dans l’idée de poursuivre l’aventure en écrivant un roman. Mais celui-ci devait-il être sous un format simple ou sur une série (je veux dire plusieurs romans) ? Une question qui a demandé réflexion.
Je crois que ce dernier, le  format « la série » correspond mieux à ce que j’ai l’intention de raconter. Ma décision prise j’ai commencé à griffonner des notes, première étape d’un roman.

J’ai du mal à ne pas penser à Charline et à ce qu’elle va devoir traverser pour réussir, ou pas, dans son entreprise.
Le père Sebastian lui sera-t-il d’un grand secours ? Trouvera-t-il la formule qu’il cherche depuis longtemps ?
Comprendra-t-il le langage secret qu’il a découvert dans de vieux livres poussiéreux de la bibliothèque de Mirabatan. Les dessins sont clairs, il s’agit de  formules mais pour faire quoi au juste ?

Voilà les questions qui me tiennent éveillées la nuit. La transformation ou non de Charline en Vampires, voilà l’un des enjeux de ce roman. Mais il n’y a pas qu’elle. Le Clan Sousby est secoué par une guerre intestine. La fille de l' »Immortel » Ana est-elle un monstre qui est-elle vraiment ? une nouvelles race de Vampires ?

Lisez les aventures de Charline dans ma nouvelle « LA TRAHISON DU JOUR » et, ou, poursuivez en lisant « Vampires : les 7 Clans et la Main de Dieu » ou seulement « CROIRE« 

cropped-MartineSC.jpg

Concours Micro fiction Hervé Bazin 2013

prix 2013

prix 2013

Mon texte de participation au concours :

Extrait du règlement :
Les concurrents devront rédiger un court récit inédit (une microfiction) sur le thème  :
« PORTRAITS DE FEMMES »
(ceux-ci sont nombreux dans l’œuvre de HERVE BAZIN).
Tous les genres de fiction sont acceptés (fantastique, policier, etc…).
………………………………………..

L’ultime récompense
La nuit vient avec son cortège de doute et de frayeur. Mon regard se porte sur cette femme au teint blafard et tellement belle centre de toutes les attentions. Ses yeux reflètent les flammes qui l’habitent. Plus je l’observe et plus je comprends pourquoi les soldats présents, hommes et femmes, vont mourir pour elle. D’un simple mouvement, elle peut agir sur nos consciences et nous faire abandonner toute raison. Sa crinière noire, tel un casque, nous guidera durant la bataille. Ses yeux bleus toujours en mouvement ne laissent rien passer, capables de noter les subtiles changements chez nos ennemis, comme celui de ses propres troupes qu’elle sait apaiser d’un mot ou d’un regard. Cette nuit sera peut être notre dernière nuit et je ne regrette pas mon engagement, il le fallait.

Cet extrait vous a plu ?

Vous souhaitez recevoir cette microfiction en entier
rien de plus facile
inscrivez-vous à ma newsletter et recevez là en cadeau.

http://martinesaintclair.com/newsletter/